duendepr.com actualité Super-ette

_MG_9858

A l’occasion de Design City Luxembourg 2014, la boutique du MUDAM présente en avant-première la version tabouret de l’iconique chaise Love me tender par Didier Faustino chez Super-ette, ainsi que l’horloge monumentale “1 million times” par Human Since 1982 éditée par le design art dealer belge Victor Hunt depuis 2012Deux pièces références sur le marché de l’édition en série limitée, qui complètent le panorama du design contemporain offert par la biennale luxembourgeoise jusqu’au 16 juin. Lire la suite…

 

_MG_6651

Pour ces fêtes de fin d’année, Super-ette installe une forêt de” Forêt illuminée” signée Ionna Vautrin dans le showroom Isa Mo rue D’Assas. Deux petits arbres entrelacés, un animal imaginaire, un nuage rasant le sol… «Forêt illuminée» est une adorable impression lumineuse. L’abat-jour en papier tissé (Tyvek®) produit une lumière douce et chaude qui repose simplement sur deux troncs de hêtre. Une lampe de contes de fées, évocation indolente de sous-bois ployant sous la blanche neige pour lecteur urbain paressant au coin d’un feu imaginaire. Lire la suite…

 

IMG_0671

Mais pourquoi ne l’a t-on pas fait avant ? Depuis janvier 2013, Homework par Super-ette s’impose au rythme des idées évidentes comme un nouveau standard du bureau contemporain, à sa place dans un univers de travail créatif comme à la maison avec ses codes esthétiques et fonctionnels qui fusionnent les deux univers. Lire la suite…

 

10_serie_BD

A l’approche des fêtes de fin d’année et des numéros de décembre à boucler, voici une sélection d’objets qui vous aidera à compléter vos pages de shopping cadeaux pour Noël.

Ci-dessus : Série B chez Lobmeyr par Josef Hoffman (1912). Prix : Carafe à décanter 690 €, Verre à eau 130 €, Verre à vin 152 €, Coupe à champagne 152 €, Verre à liqueur 115 €.

Lire la suite…

 

IMG_0835

Eric Jourdan signe “Gilda” pour Super-ette « Gilda est une table simple et basique, mais au caractère très affirmé. Un exercice somme toute assez difficile à réaliser, puisqu’un basique ne peut souffrir de surabondance de signes. Après avoir construit la table autour d’un piétement ‹ Moderne ›, je me suis attaché à traiter le plateau, ou plus exactement son bandeau d’une manière presque classique avec un profil qui emprunte volontiers à l’univers de l’ébénisterie traditionnelle. Un mélange récurrent dans mon travail. » Eric Jourdan Lire la suite…

 

La jeune designer française formée à l’ECAL Fanny Dora signe “Le prestige” chez Super-ette « Dans l’univers de la magie le prestige est la conclusion d’un tour, le moment où l’on émerveille le spectateur. Tel un illusionniste, ce miroir va tromper votre perception en utilisant le ‘truc’ de l’anamorphose : de face, c’est un miroir circulaire classique, mais déplacez-vous un peu et il révèle une seconde fonction, formaliée par un pli de bois qui devient le support à vos petits objets. » Fanny Dora Lire la suite…

 

Avec son crochet porte sacs-à-main ou vestes, Bronco est le tabouret de bar idéal dessiné par Guillaume Delvigne pour la collection 2013 Super-ette. « Selle ou tabouret ? Avec Bronco, j’aime l’idée qu’à première vue on s’interroge sur le sens que l’on va choisir pour s’asseoir : en mode classique ou à califourchon ? Avec ces deux vis qui attirent l’oeil, la pièce de bois cintré qui fait jonction entre l’assise et l’un des pieds peut aussi devenir poignée, cale rein, crochet… Par la fluidité de ses formes et sa structure en T, j’ai cherché à lui donner une identité robuste, accessible et sympathique. » Guillaume Delvigne Lire la suite…

 

Super-ette a profité de Maison & Objet pour dévoiler ses nouveautés 2013  signées Guillaume DelvigneFanny Dora, Eric Jourdan, François Bauchet et Tomas Kral.

Lire la suite…

 

Les nouveautés Super-ette, Patrick Norguet (photo ci-dessus) et Vanessa Mitrani à ne surtout pas manquer cette année à Maison & Objet (18-22 janvier), Paris Nord Villepinte.

Lire la suite…

 

Super-ette édite l’œuvre iconique de Didier Faustino la chaise « Love me tender » créée en 2000. Avec cette chaise si dangereuse qu’elle impose la tendresse et la douceur pour sa manipulation, Didier Faustino résumait en un trait la mise en tension des corps avec l’architecture.

Lire la suite…

 
12