duendepr.com actualité Didier Faustino

Didier Faustino présente une série de nouvelles pièces à la Fondation Calouste Gulbekian (Lisbonne) du 14 janvier au 3 avril 2011. Cinq nouvelles installations produites pour l’exposition plongeront les visiteurs dans la confrontation permanente du corps avec l’architecture et de l’architecture avec le mouvement, via les outils visuels et sonores mis en place par Faustino. Intitulée “Don’t trust architects”, l’exposition présentera “Future Will Be a Remake“, un jeu qui invite les spectateurs à se réapproprier une part de l’architecture en jouant avec elle, “Trust me“, une installation sonore sur la distorsion des messages, “Flatland“, une réflexion sur les frontières entre fiction et réalité, “Instrument for blank architecture“, appareil sonore mobile dédié à l’exploration mentale, et enfin “Exploring Dead Buildings“, une vidéo explorant les confins de l’utopie architecturale.

Lire la suite…

 


Les nouveaux visuels du tabouret ambigu “Hermaphrodite” par Didier Faustino à la galerie Michel Rhein sont disponibles. Partant d’un motif de sellerie traditionnelle, Didier Faustino a pensé Hermaphrodite, une assise façonnée à la main à partir d’une tôle d’aluminium. Pour Didier Faustino il s’agit d’observer les qualités d’un objet simple et d’en configurer les paradoxes.

Lire la suite…

 

 

 

Partant d’un motif de sellerie traditionnelle, Didier Faustino a pensé Hermaphrodite, une assise façonnée à la main à partir d’une tôle d’aluminium. Pour Didier Faustino il s’agit d’observer les qualités d’un objet simple et d’en configurer les paradoxes. La selle impose dans son utilisation une posture anti-naturelle. Avec Hermaphrodite, Didier Faustino a joué avec l’incongruité d’une forme a priori plus contemplative qu’accueillante que l’on découvre pourtant très confortable.

Lire la suite…

 


Du 26 août au 23 novembre 2010, Didier Faustino présentera “Agnosian Fields” au Forum de la Maison Hermès à Tokyo.  L’exposition composée de deux installations inédites et de travaux antérieurs, donne des indices sur les différentes échelles et obsessions qui fondent le travail de l’architecte. Le terme agnosie – trouble de la reconnaissance des objets et amnésie perceptive – résume à lui seul l’état dans lequel l’architecte souhaite plonger le visiteur. Son travail, essentiellement tourné vers la mise en tension du corps dans son environnement, l’amène à explorer les champs de l’architecture et de l’art contemporain, assumant autant le statut de créateur que celui d’architecte.

Lire la suite…

 
12345