duendepr.com actualité Brognon Rollin

image1

Imaginé au lendemain des attentats du 13 novembre à Paris, le néon “Nous Allons Observer Une Minute de Silence” par le tandem Brognon-Rollin résonne toujours plus amèrement alors qu’il vient tout juste d’être inauguré au Cercle Cité Luxembourg dans le cadre de l’exposition “The present is yours, the future is mine” (commissaire Karolina Markiewicz, du 12/03 au 17/04/2016) . ”L’état d’urgence dans lequel nous vivons depuis quelques années a fait de cette phrase une sorte de nouvelle prière laïque que nous avons voulu coder et insérer dans le présent, comme un rappel presque chuchoté. Une minute de recueillement transcrite avec le Pitman Shorthand, cette écriture sténo crée par Isaac Pitman en 1837 pour transmettre rapidement un message.” résume le duo. Ce système d’écriture basé sur la transcription phonétique est resté très populaire en Angleterre et aux Etats-Unis jusqu’en 1996 et ne nécessitait pas de matériel spécifique (machine) car écrit à la main avec une élégance presque calligraphique.
Lire la suite…

 

8m2 Loneliness, 2012-2013 ©Richard Porteau

Le tandem Brognon-Rollin participe à la 5ème Triennale De leur Temps organisée par l’ADIAF intitulée cette année “ Le Temps de l’Audace et de l’Engagement” sous le commissariat de Nathalie Ergino, directrice artistique. Du 12 mars au 18 mai 2016, l’exposition réunira les œuvres de près de 90 collectionneurs de l’ADIAF et 130 artistes à l’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne. Présentée pour la première fois à Art Brussels en 20138 m2 Loneliness est une horloge à détecteur de mouvement qui plonge le spectateur dans une étrange expérience d’un temps suspendu, fantasme ultime de l’instant éternisé : lorsque nous entrons dans la pièce, l’horloge s’arrête. Elle ne reprendra sa course que lorsque l’espace sera vide. Lire la suite…

 

Casino Luxembourg - Forum d'art contemporain © photo Eric Chenal

Le 22 mars 2016, le Casino Luxembourg Forum d’art contemporain ré-ouvre ses portes, fête ses 20 ans et fait peau neuve. En effet, la réouverture du Casino Luxembourg coïncidera 20 ans après, jour pour jour, avec
sa création le 22 mars 1996. Sous l’impulsion de Kevin Muhlen, son directeur artistique depuis 2009, ce lieu incontournable de la création contemporaine à Luxembourg se dote d’un nouvel aménagement à la circulation plus fluide, d’un nouveau café restaurant et revoit totalement sa scénographie d’exposition avec la destruction complète de son système de white cubes. Lire la suite…

 

The Agreement - 0, 2015.tiff

A l’occasion de la réouverture du BPS 22 à Charleroi le 26 septembre prochain avec l’exposition “Les Mondes Inversés”, David Brognon & Stéphanie Rollin présentent une vidéo inédite tournée cette année à Jérusalem dans une école de la vieille ville. Intitulée “THE AGREEMENT”, elle met en scène un authentique terrain de football  aux proportions manifestement fausses que les deux artistes ont décidé de remesurer et redessiner avec l’aide des élèves pour ne favoriser aucune équipe.  Lire la suite…

 

IMG_5222

David Brognon & Stéphanie Rollin présentent Cosmographia (Gorée Island) à l’occasion de l’exposition du 17ème Prix Fondation d’Entreprise Ricard qui ouvre ses portes le 14 septembre prochain. Sélectionnée par Marc-Olivier Wahler, Cosmographia initie une série dédiée à l’imaginaire contradictoire de l’île comme lieu de mise à l’écart. Aujourd’hui synonyme d’évasion, de déconnexion du réseau, des autres et des sollicitations, l’île est d’abord un lieu de désolation coupé des hommes. Un petit territoire prison, utilisé comme tel pour mettre à l’écart les indésirables, les stocker comme une marchandise plus ou moins dangereuse ou périssable selon les époques. Alcatraz, Makronissos, St Hélène, Tatihou, Gorée constituent un corpus géographique et symbolique à double sens, entre évasion et enfermement, que le tandem franco belge a décidé de décalquer sur place pour en reprendre toute la mesure, à échelle 1, en commençant par Gorée (Sénégal) . Île symbole de la marchandisation et de l’emprisonnement de l’homme par l’homme, Gorée abrite la Maison des Esclaves. Lire la suite…

 

unnamed(128)

Marc Olivier Wahler vient d’annoncer la sélection de David Brognon & Stéphanie Rollin pour concourir pour la 17ème édition du Prix Fondation d’entreprise Ricard / Art contemporain . Intitulée “L’ordre des lucioles” l’exposition de leurs oeuvres se tiendra à la Fondation à Paris du 15 septembre au 31 octobre. 8 artistes ont été sélectionné pour ce prix qui “ouvre des champs de recherches qui semblent à première vue très éloignés les uns des autres mais se révèlent irrigués par d’insolites systèmes de correspondance” résume Marc Olivier Wahler. Comme les lucioles, indépendantes, mais qui pulsent la lumière à l’unisson.

www.brognon-rollin.com

 

FullSizeRender-1.jpeg

Le Marina Abramovic Institute présente actuellement en ligne Cosmographia du tandem David Brognon & Stéphanie Rollin. Réalisée sur l’île de Gorée au printemps dernier, Cosmographia est une pièce performance folle et monumentale qui archive physiquement la réalité contradictoire de l’île pour mieux organiser son kidnapping.  Lire la suite…

 

vlcsnap-00008.tiff

Du 12 mars au 18 avril 2015, Albert Baronian présentera [i land], une nouvelle série d’oeuvres du jeune tandem franco belge David Brognon et Stéphanie Rollin dont le minimalisme radical et éclatant traque une fois de plus les contours de l’enfermement et de l’attente. Un contour tout juste esquissé ou a contrario cartographié minutieusement au sens propre, concret et effrayant du terme avec Cosmographia (Gorée Island), 2015. Un pièce folle et monumentale qui archive physiquement la réalité contradictoire de l’île pour mieux organiser son kidnapping. Devenue synonyme d’évasion touristique au 20ème siècle, l’île est d’abord un lieu de désolation, désertique, coupé des hommes. Un petit territoire prison, utilisé comme tel pour mettre à l’écart les indésirables, les stocker comme une marchandise plus ou moins dangereuse ou périssable selon les époques. Alcatraz, St Hélène, Gorée constituent un corpus géographique et symbolique à double sens, entre évasion et enfermement, que Brognon & Rollin ont décidé d’aller réellement décalquer sur place, à échelle 1, en commençant par Gorée (Sénégal). Île symbole de la marchandisation et de l’emprisonnement de l’homme par l’homme, Gorée abrite la Maison des Esclaves.  Centimètre par centimètre, pendant plus de 6 jours, les 3km du tracé de l’île sont reproduits sur papier, mis sous enveloppe et envoyés à Bruxelles pour être rangés, classés, dans un système d’archivage décidé par les artistes. Une somme de plus de 3000 fragments géographiques et pénitentiaires évadés avant d’être remis sous scellé dans une implacable étagère inox. En marge de Cosmographia (Gorée Island), cinq nouvelles pièces seront présentées à la galerie Albert Baronian autour des obsessions du jeune tamdem à suivre. Lire la suite…

 

DSC_0823

“Sleeping in a City that Never Wakes up” est un titre qui sonne comme un  avertissement : jusqu’au 7 septembre 2014, l’exposition des artistes David Brognon & Stéphanie Rollin plonge le FRAC Poitou-Charentes dans une atmosphère nocturne, un univers dans lequel le temps semble suspendu. Présent dans la collection du FRAC depuis 2008, ce duo de jeunes artistes manipule un matériau sociétal brut, souvent marginal, dont les motifs récurrents sont l’enfermement et le contrôle. Lire la suite…

 

The Most Beautiful Attempt - © Collection M.J.S, Paris

Sleeping in a City that Never Wakes up est un titre qui sonne comme un avertissement : du 14 mars au 7 septembre 2014, l’exposition solo de David Brognon & Stéphanie Rollin plonge l’ensemble du FRAC Poitou-Charentes dans une atmosphère nocturne, un univers dans lequel le temps semble suspendu. Jouant avec les doubles sens, multipliant les références, les œuvres maintiennent le visiteur dans une certaine ambiguïté où cohabitent mémoires individuelles et conventions sociales. Présent dans la collection du FRAC depuis 2008, ce duo de jeunes artistes manipule un matériau sociétal brut, souvent marginal, dont les motifs récurrents sont l’enfermement et le contrôle. Des systèmes de confinement qu’ils confrontent à leurs propres systèmes de réfraction de la réalité, des prismes taillés pour faire jaillir de fugaces arcs-en-ciel minimalistes à la poésie acérée.

Lire la suite…

 
123