duendepr.com actualité architecture


L’agence Naço Shanghai réalise la rénovation du mythique cinéma Heng Shan, le premier cinéma de la “nouvelle Chine” construit en 1951. La rénovation de ce paquebot cinématographique Art Déco portait autant sur la façade dans un état déplorable que sur la circulation aux abords du cinéma qu’il fallait entièrement repenser.  Lire la suite…

 

La fameuse agence hybride alliant architecture, design et communication Naço ouvre les portes de sa Naço Gallery à partir du 9 juin pour exposer son travail de recherche autour de la mobilité urbaine. Un sujet des plus brûlant dans le contexte de crise énergétique et écologique actuelle qui devrait intéresser à la fois toutes les entreprises engagées dans ses réflexions ainsi que les associations et pouvoirs publics.

Lire la suite…

 

Toujours en quête de nouvelle façons de vivre, dormir, créer, travailler, Mathieu Lehanneur transforme l’agence de publicité JWT (Neuilly/Seine) en  “station végétale digitale“, une nouvelle réflexion du designer sur les modes de travail contemporains et leurs représentations fictionnelles nécessaires lorqu’ils s’appliquent aux métiers de communication.  Après le bureau conçu pour David Edwards, fondateur du Laboratoire (Paris) et les espaces adolescents et enfants du Centre Pompidou, il conçoit encore une fois un espace de plus de 1000m2 dédié à la production créative.

Lire la suite…

 

Didier Faustino présente une série de nouvelles pièces à la Fondation Calouste Gulbekian (Lisbonne) du 14 janvier au 3 avril 2011. Cinq nouvelles installations produites pour l’exposition plongeront les visiteurs dans la confrontation permanente du corps avec l’architecture et de l’architecture avec le mouvement, via les outils visuels et sonores mis en place par Faustino. Intitulée “Don’t trust architects”, l’exposition présentera “Future Will Be a Remake“, un jeu qui invite les spectateurs à se réapproprier une part de l’architecture en jouant avec elle, “Trust me“, une installation sonore sur la distorsion des messages, “Flatland“, une réflexion sur les frontières entre fiction et réalité, “Instrument for blank architecture“, appareil sonore mobile dédié à l’exploration mentale, et enfin “Exploring Dead Buildings“, une vidéo explorant les confins de l’utopie architecturale.

Lire la suite…

 

 

Ouvert en toute confidentialité depuis le mois de septembre, le 39V signé par Naço Architectures est un petit havre de paix installé 39 avenue George V sous les toits de Paris, au dernier étage d’un immeuble haussmanien. Une adresse ultra parisienne qui échappe pourtant aux clichés typiques, et sait se couper de la ville pour mieux donner envie d’y rester.

Lire la suite…

 


Les nouveaux visuels du tabouret ambigu “Hermaphrodite” par Didier Faustino à la galerie Michel Rhein sont disponibles. Partant d’un motif de sellerie traditionnelle, Didier Faustino a pensé Hermaphrodite, une assise façonnée à la main à partir d’une tôle d’aluminium. Pour Didier Faustino il s’agit d’observer les qualités d’un objet simple et d’en configurer les paradoxes.

Lire la suite…

 

Toute l’actualité de Mathieu Lehanneur, François Bauchet, Benjamin Graindorge, Naço, eliumstudio, Eric Jourdan, Frédéric Ruyant, Specimen, John Doe, Pierre Favresse, Transplant et N°111 durant cette Biennale 2010 est à découvrir ici et maintenant juste en dessous… Lire la suite…

 

A partir d’une maison des années 30 située dans le quartier le plus vert de Shanghai, Naço Architectures réalise une villa contemporaine radieuse, rythmée par un enchaînement du cubes de tailles différentes et de matériaux purs : bois, pierre, métal et verre. Pour Marcelo Joulia, fondateur de Naço “L’objectif était de réaliser en Asie une maison destinée à des Européens. Concevoir une maison familiale ouverte sur l’extérieur, mais qui soit en même temps un refuge, protégé des intempéries et des agressions de la ville. ll fallait évidemment que la maison soit lumineuse, aérée. Ces derniers points sont ma marque de fabrique ».

Chaque pièce de la villa propose donc une vue sur l’extérieur “Au deuxieme étage, par exemple, on ne voit que les feuilles des arbres On se croirait dans un jardin suspendu » s’émerveille Isabelle Chouvet, heureuse propriétaire du lieu. Ce couple de français installés en Chine (où ils animent un site de vente d’accessoires de mode à prix cassés et une agence événementielle) tenaient à conserver le fronton asiatique de la demeure en lui donnant une tonalité japonaise dont l’élégance minérale et organique inspire également Marcelo Joulia depuis longtemps.

Cinq cubes, chacun dans un matériau différent, structurent donc la maison : un cube en pierre d’Iran pour l’entrée, un cube de métal et de verre prolonge la chambre des parents, au dernier étage ou encore un cube de bois suspendu à l’extérieur, une cabane perchée dans le jardin pour les enfants. Une réalisation exceptionnelle dans le souci du détail qui démontre une fois de pus la pluralité de Naço, capable de passer avec le même bonheur du cinéma multiplex Pathé à la villa raffinée pour particulier en passant par le design, le graphisme, etc…

Né en 1958 à Cordoba (Argentine), Marcelo Joulia arrive en France en 1976 pour fuir la répression du gouvernement Videla. Diplômé d’UP6, école d’Architecture de la Villette, il fonde Naço en 1991. En guarani, Naço signifie intuition, l’un des quelques mots qui caractérise le besoin de liberté de Joulia. Car c’est l’architecture, le design, le graphisme, la vidéo, la scénographie, la mode, l’événementiel, que Naço entend, dès le départ, sous le vocable Global Design, explorer sans limites. Une passion de l’image qui fera tout naturellement de Naço le spécialiste des salles de cinéma en France, de la salle d’art et d’essai au multiplexe. Un talent pour les médias et le statut de médiateur qui amène l’agence très vite à concevoir des lieux d’échange ou de convivialité :  salons, défilés de mode, boutiques, bars, restaurants, hôtels, … Aussi créatif que rigoureux, aussi souriant que têtu, aussi amical que radicalement autonome, Marcelo Joulia a installé en 20 ans une agence d’architecture unique en France avec un souci permanent : créer le meilleur outil de fabrication possible pour  donner corps à ses envies.

Joulia appartient à la toute première génération d’architectes formée aux logiciels d’images 3D. Mais quand certains se contentent du statut d’agitateur médiatique à coup de projets-scénarios, Naço prend et apprend de cette période, avant de quitter rapidement cette adolescence créative pour se confronter à la réalité. Des projets manifestes comme “Les flèches du Temps”, qui ambitionnaient d’achever Notre-Dame en la coiffant de flèches en bois pour le passage en l’an 2000, Naço garde l’intuition des projets communicants et le goût de la recherche qu’il applique désormais au reste du spectre architectural. Hôtels, multiplexes, maisons particulières, bateaux, vélos ou mobilier … Marcelo Joulia dépasse toujours l’image de synthèse pour se frotter au prototype à échelle 1, passage indispensable pour se confronter à la réalité. Naço s’intéresse à tout et, surtout, fait tout, de préférence seul.

A Paris, l’agence Naço, c’est aussi un restaurant, Unico, et une galerie, Cédille, comme des extensions géographiques en forme de points de convivialité ou de ralliement. Depuis quelques années, Naço continue de grandir, et donc de s’exporter. Grâce à l’envie et l’intuition de Marcelo Joulia, exilé politique argentin, à qui la France semble parfois trop petite, trop contrainte.

-Ouverture en 2005 donc de Naço Shanghai, avec un départ un peu fou pour la Chine, toujours fondé sur cette intuition : il y emploie désormais 22 personnes.Ouverture de la galerie en 2009.

-Ouverture en 2008 de Naço Buenos Aires, troisième agence de ce « réseau international » Naço, avec la reproduction à l’identique d’une philosophie qui estime devoir encore et encore faire ses preuves. On attend donc très bientôt l’ouverture d’un restaurant à Buenos Aires (UNIK en octobre), mais aussi en 2011, du tout premier hôtel 100% Naço à Buenos Aires, le UNO Hôtel. Autant de petits points sur la carte du monde qui tracent en filigrane une trajectoire unique, humaine et terriblement efficace.

Crédits photos : Jean François Jassaud / Lux Productions

www.naco.net

 

L’espace dédié aux adolescents conçu par Mathieu Lehanneur pour le Centre Pompidou ouvre ses portes à partir du 11 septembre 2010. Intitulé “Studio 13/16″, cette proposition, forcément risquée pour un musée lorsqu’il s’adresse à une population par essence aussi volatile que les ados, trouve une réponse fonctionnelle et formelle basée sur l’ergonomie du désir “Je rêvais d’un lieu qui soit pensé et construit comme un studio de télévision, de cinéma ou de musique. Je voulais que cet espace pour les ados offre le même potentiel d’action et de création que ce type de lieux professionnels. Loin d’une tentative de reconstituer un hypothétique style « ado », je n’ai gardé de l’adolescence que ce désir – et parfois cette capacité – de distordre les choses et les lieux. J’admire cette manière unique d’assouplir le monde pour mieux s’y intégrer. Et ce qui est vrai pour une ville ou un vêtement, l’est plus encore pour une institution comme le Musée…” résume Mathieu Lehanneur.

Lire la suite…

 


Du 26 août au 23 novembre 2010, Didier Faustino présentera “Agnosian Fields” au Forum de la Maison Hermès à Tokyo.  L’exposition composée de deux installations inédites et de travaux antérieurs, donne des indices sur les différentes échelles et obsessions qui fondent le travail de l’architecte. Le terme agnosie – trouble de la reconnaissance des objets et amnésie perceptive – résume à lui seul l’état dans lequel l’architecte souhaite plonger le visiteur. Son travail, essentiellement tourné vers la mise en tension du corps dans son environnement, l’amène à explorer les champs de l’architecture et de l’art contemporain, assumant autant le statut de créateur que celui d’architecte.

Lire la suite…