duendepr.com actualité « Augmenter la taille des logements » par François Leclercq, Jacques Lucan et Odile Seyler

« Augmenter la taille des logements » par François Leclercq, Jacques Lucan et Odile Seyler

FrancoisLeclercq

65 petits mètres carrés pour un appartement de trois pièces. 9 mètres carrés pour une chambre. Si l’on compare les logements collectifs européens, la France est bonne dernière, accusant dix mètres carrés de moins que nos voisins belges ou allemands. « Petits et standardisés à outrance, nos appartements sont tributaires d’une réglementation qui n’a pas évolué depuis 50 ans. La crise sanitaire du Covid 19 a servi de révélateur en rendant nécessaire l’augmentation significative de la taille des logements dans les métropoles et les territoires lointains » résume François Leclercq. En cause, le prix du foncier, la fiscalité et une construction dans l’urgence que l’on explique par la rareté. « C’était vrai après-guerre, lorsque la France se reconstruisait et absorbait l’exode rural, ce n’est plus justifié aujourd’hui. Encore moins dans nos territoires les moins peuplés. Les grandes villes ont un foncier très cher, conséquence de leur attractivité économique et culturelle, mais la taille et les standards des appartements sont pourtant les mêmes à Limoges, Bordeaux ou Paris. On marche sur la tête ».

La solution est donc locale. Les maires peuvent agir en imposant des mètres carrés supplémentaires aux promoteurs. Des villes comme Nantes l’ont déjà expérimenté avec succès. Les municipalités, les collectivités territoriales, les SEM peuvent agir sans attendre un nouveau cadre réglementaire national. Une mission d’information et de pédagogie que François Leclercq, Jacques Lucan et Odile Seyler ont entamé à la faveur du confinement avec un travail d’analyse historique, un comparatif européen et déjà des propositions pragmatiques au service des maires. « Le retour rêvé de certains urbains à la campagne ne pourra pas s’accompagner d’une explosion de la maison individuelle à un moment où l’étalement urbain est une menace écologique. Le logement collectif reste une solution intelligente, à condition d’augmenter ses qualités. On doit pouvoir vivre, travailler et s’épanouir dans un appartement. C’est un luxe nécessaire que nous pouvons atteindre en conjuguant volonté politique locale, compréhension des promoteurs et intelligence de construction des architectes. Nous pouvons infléchir le coût du foncier par des baux emphytéotiques. Nous pouvons utiliser le bois afin de rendre les bâtiments plus modulables, contrairement au béton qui fige les usages. Nous pouvons désinvestir les parkings pour investir dans des cuisines qui ne soient pas ces fausses cuisines américaines avec leur minuscule bar et leur convivialité étriquée. Nous pouvons imposer de nouvelles normes aux bureaux afin qu’ils soient plus facilement convertibles en immeubles d’habitation. Les solutions existent, le moment est venu d’une prise de conscience par l’ensemble des acteurs locaux ».

Fondée par François Leclercq, l’agence Leclercq Associés est une structure pluridisciplinaire de plus de 80 personnes – architectes, ingénieurs, géographes, urbanistes issus de filières Sciences Po ou Ponts et Chaussées, paysagistes, graphistes – qui intervient sur des projets d’architecture et d’urbanisme. Leclercq Associés mène des projets urbains de grande échelle comme l’extension d’Euroméditerranée à Marseille, Reims Grand Centre, la stratégie métropolitaine pour la métropole de Montpellier, l’extension du port de la Grande-Motte, la transformation du Grand Arénas de Nice ou encore la coordination de la ZAC Bercy Charenton à Paris, Mediapark à Bruxelles et La Termica à Malaga…

Ces préoccupations se retrouvent dans sa pratique architecturale, sensible à la question environnementale à laquelle l’agence répond notamment par l’usage du bois en tant que matériau efficient à de nombreux égards. La réalisation du pôle sportif de l’INSEP à Vincennes ou le lycée international Nelson Mandela à Nantes, en sont des exemples, comme le projet de campus de bureaux L’Arboretum à Nanterre.
Quelle que soit l’échelle de son intervention, Leclercq Associés plaide pour une libre appropriation et pour le plaisir de se sentir voyageur dans sa propre ville.