duendepr.com actualité Antoine Bertin, écouter le vivant

Antoine Bertin, écouter le vivant

Protocell_1

A l’occasion de la dernière Biennale Nemo, son installation immersive Protocell interrogeait la frontière entre vivant et non-vivant : une petite foule de 100 personnes, connectée par des casques lumineux sans fil, évoluait dans la nuit au gré d’une narration inspirée par la capacité des matériaux inorganiques à se comporter comme des êtres vivants, sous l’impulsion de forces électrostatiques ou de la chaleur. Depuis 5 ans, l’artiste sonore Antoine Bertin écoute les frottements, les hiatus, l’invisible et les curiosités pour les rendre visibles et les cristalliser dans l’espace. En avril prochain, il dévoilera Species Counterpoint au Festival STRP (Eindhoven) et installera au mois de mai son terrier humain dans la forêt de Kielder (Angleterre) . 

Species Counterpoint - Piano 2.jpeg

Species Counterpoint, festival STRP 2020. Dans une pièce vide de tout performer, un piano mécanique joue imperturbablement une partition dont chaque note est la séquence ADN d’un arbre et d’un homme. Nous partageons 60% de nos gènes avec les végétaux, pourtant la représentation du monde vivant place encore les hommes au sommet et les plantes au plus bas de l’échelle, juste au dessus des pierres. Avec Species Counterpoint, Antoine Bertin propose une méditation sonore sur nos ressemblances et nos liens de parentés avec le végétal. A l’aide d’un processus de sonification (l’art de transformer des données en son), les séquences ADN défilent sur le papier perforé de la machine qui à son tour active les touches du piano en l’absence d’un pianiste. Gagnant du prix ACT, l’artiste a développé Species Counterpoint en collaboration avec la curatrice Juliette Bibasse pour explorer la notion de post-anthropocène.

HumanBurrow03_1

Human Burrow (Mai 2020). Creusée dans la forêt de Kielder au nord de l’Angleterre, Human Burrow est une station d’écoute souterraine ; le visiteur est invité à descendre dans un terrier pour se lover contre des parois de lièges qui résonnent des infimes mouvement de la forêt : vibrations produites par les animaux, signaux provenant des végétaux, mouvements du sous-sol… Cette bibliothèque sonore enterrée pour 10 ans à flanc de colline propose l’expérience immersive d’un monde où l’ouïe prend le pas sur la vue, et où les notions d’espace, de temps et d’écoute sont redéfinies.

AntoineBertin—3©HCW

Né en 1985, Antoine Bertin est diplômé l’ENS Louis Lumière et du London College of Communication de Londres. Son travail recoupe science et immersion sensorielle, field recording et narration sonore, données et composition musicale. Ses créations prennent la forme d’expériences d’écoutes, de sculptures sonores et de méditations audio sur le sujet du monde vivant. Son travail a été présenté à Tate Britain, au Palais de Tokyo, à la Serpentine Gallery ou encore aux festivals Kikk, Blue Dot et Sonar+D. Il produit une émission trimestrielle intitulée “The edge of the forest” pour la radio web NTS, où il donne à écouter le son d’un monde invisible et a fondé en 2018 Sound Anything, un studio de création d’expériences d’écoute installé à Paris. www.soundanything.com. Il sortira prochainement un EP sur le label Groovebox.