duendepr.com actualité Danny Fox “BLOODS SPOTS ON APPLE FLESH” à la Galerie Zidoun-Bossuyt

Danny Fox “BLOODS SPOTS ON APPLE FLESH” à la Galerie Zidoun-Bossuyt

FOX-003_It Pulls Out You Eyes, It Makes You Choose Between Two Lives - danny fox.jpeg

La galerie Zidoun-Bossuyt présente sa première exposition personnelle de l’artiste Anglais Danny Fox. Une histoire de Skid Row dans le centre-ville de Los Angeles, où Danny Fox travaille, qui s’articule autour de récits de migrants. Autrefois pôle agricole, le quartier des 54 blocs a été transformé par le chemin de fer dans les années 1870, pour devenir le centre des nouveaux arrivants avec ses maisons closes, ses bars et ses hôtels borgnes.Au fil du XXe siècle, le quartier a accueilli ceux qui ont été évincés du cours de l’histoire.

FOX-008_The Banks Of The Lualaba River - danny fox

Plus de 10 000 sans-abris ont vécu ici durant la Grande Dépression. Puis, dans les années 1960, d’anciens combattants du Vietnam présentant des problèmes d’addiction sont arrivés dans les centres de désintoxication situés dans ce quartier. Aujourd’hui, Skid Row a l’une des populations de sans-abris les plus importantes du pays. Son caractère a été forgé par de jeunes hommes récemment arrivés, souvent des immigrés ou des travailleurs à la recherche d’un nouveau départ. Fox, natif de Cornouailles et étant arrivé à Los Angeles en 2015 après avoir rencontré par hasard le peintre Henry Taylor dans un pub, s’inscrit parfaitement dans ce récit. Ses toiles, qui guident souvent le regard vers les habitants et les rituels de Skid Row, mêlent la brutalité de la vie contemporaine à l’imagerie historique idéalisée.

FOX-001_Barefoot With Striped Suit - danny fox

Tout comme Taylor, Fox s’appuie sur un style de peinture brut et non-filtré qui attire l’attention sur l’acte même de création. Dans différentes œuvres de Blood Spots on Apple Flesh, Fox se tourne vers les icônes victoriennes — à savoir David Livingstone et les lithographies du fils prodigue des frères Kellogg, célèbres lithographes américains du XIXe siècle — créées au travers d’instantanés de son environnement immédiat. Ces histoires célèbres de voyageurs sont reprises dans le présent, de manière à la fois métaphorique et figurative, Fox les peignant à travers des portraits bruts et courageux qui sont sa signature.

FOX-011_The Prodigal Son Sucks Dick For Crack

Fox affirme souvent que la matière de son sujet est arbitraire, réalisée davantage par des moyens organiques de diffusion de l’information — la découverte, le hasard, l’environnement - que par ce qu’il perçoit comme préoccupations élitistes de contenu et de leurs valeurs perçues.

“Ce n’est pas ça pour moi », explique-t-il. À une époque où des moyens algorithmiques permettent de déchiffrer les goûts, Fox reste engagé à peindre thématiquement, à l’échelle humaine. Il rencontre la matière de son sujet à travers les promenades, la routine et les habitudes, gardant ses images basées sur une sorte de système de troc avec le monde visuel, et reflétant les nuances primitives de ses œuvres.

Danny Fox est un artiste autodidacte né à St.Ives, Cornouailles, Angleterre, une ville portuaire connue pour ses nombreux artistes résidents. Bien qu’ayant quitté la ville il y a plusieurs années, les origines cornouaillaises de Fox restent présentes dans son travail. Après avoir installé son studio à Los Angeles, Fox est récemment revenu en Angleterre. La galerie de Sotheby’s, Sotheby’s SI2 a dédié deux expositions personnelles à Danny Fox à New York et Los Angeles (2016). Fox fait parti de Iconoclasts, une exposition de groupe à Saatchi Gallery à London (Septembre 2017 – Mars 2018).

Vernissage le 14 Mars, 2018
Exposition du 15 Mars au 28 Avril, 2018 

Zidoun-Bossuyt Gallery

6 rue St-Ulric

L-2651 Luxembourg

www.zidoun-bossuyt.com