duendepr.com actualité “Subbar, Sabra” par Brognon&Rollin à la galerie Albert Baronian (Bruxelles)

“Subbar, Sabra” par Brognon&Rollin à la galerie Albert Baronian (Bruxelles)

IMG_7711

David Brognon & Stéphanie Rollin présentent  Subbar, Sabra (Mont des Oliviers VI) à la galerie Albert Baronian jusqu’au 16 juillet prochain dans le cadre de l’exposition collective “Le langage des fleurs et des choses muettes (Ch. Baudelaire)”. Importé du Mexique au seizième siècle, le figuier de Barbarie est appelé subbar par les Arabes de Palestine. Planté en ligne, il servait à délimiter les parcelles de terrain entre voisins. Ces barrières d’épines infranchissables avaient alors valeur de cadastre. A partir du 20ème siècle, ce cactus est aussi devenu la métaphore de l’enracinement juif sur la même terre. Baptisé sabra en hébreu, il sert à qualifier avantageusement tous les Juifs nés en Israël. Son fruit, dont la douceur sucrée est protégée par une fine pellicule piquante, incarne pour les Israéliens le caractère doux et fort des premiers colons venus se réinstaller depuis la fin du dix-neuvième siècle.

A chaque village arabe rasé, au fur et à mesure de la progression de l’armée israélienne, subsisteront les racines des figuiers plantés autour des jardins. Au fil des années, les subbar repousseront pour devenir l’empreinte fantomatique de la présence arabe sur le territoire. Les collines bibliques voient ressurgir des barrières de cactus entourant du vide. Le figuier de Barbarie est depuis un symbole schizophrène, partagé par les deux peuples antagonistes. Un végétal synonyme de réappropriation du territoire au sens propre et figuré. Subbar, Sabra est une série photographique réalisée en Israël à l’automne 2015, alors que débutait une vague d’attaques au couteau sans précédent à Jérusalem et sur l’ensemble du territoire. “Une série sur un ciel si neutre que la photo semble faite en studio” note le tandem franco belge.

Crédit photo : Subbar, Sabra (Mont des Oliviers VI) 2015, C-Print, 120 x 174 cm, Edition de 3 + 1 AP.

“Le langage des fleurs et des choses muettes (Ch. Baudelaire)”

jusqu’au 16 juillet 2016

Galerie Albert Baronian

2 rue Isidore Verheyden

1050 Bruxelles

www.albertbaronian.com

www.brognon-rollin.com