duendepr.com actualité Black Box – Brognon & Rollin – Casino Luxembourg

Black Box – Brognon & Rollin – Casino Luxembourg

Hangover2
Dans leurs œuvres vidéo récentes, David Brognon & Stéphanie Rollin explorent la marginalité des territoires et les frontières – géographiques, politiques, morales ou psychologiques – que l’être humain s’est appropriés, qu’il défend ou qu’il ignore (in)consciemment, parfois jusqu’au sang. Curieux et intrépides, les deux artistes vont là où leurs recherches les mènent, dans une démarche d’action sur le terrain et de confrontation directe – et parfois physique – avec leur sujet. La prise de risque fait partie intégrante de leur approche, et les terrains ardus sur lesquels ils s’avancent peuvent s’avérer des plus fertiles.
Agreement
The Agreement, 2015
Vidéo couleur, son
10 min 5 s
Production / collection BPS22 – Musée d’art de la Province de Hainaut, Charleroi, Belgique

Le jeu, la politique et la religion sont des protocoles conceptuels appliqués à même la réalité pour la transcender. Des règles, devenues communes par un accord tacite contagieux et qui se formalisent en livres, réinventent des vies et tracent des territoires. À Jérusalem, cité palimpseste sans cesse reconstruite sur elle-même, l’école franciscaine Terra Sancta est adossée au mur d’enceinte de la vieille ville, dont chaque millimètre carré est historique. Dans la cour, un terrain de football a été dessiné, adapté à la géographie distendue de l’espace où les règles de perspective et de parallélisme sont trahies, pour s’adapter à la réalité. Les buts sont dans l’impossibilité de se faire face. Le rond central approximatif raccourcit le terrain à l’avantage d’une équipe. Un accident de symétrie qui dérègle le jeu.

The Agreement est un nouveau compromis géométrique entre les élèves pour trouver l’exact point central de ce terrain. Le mesurer. Le tracer tout aussi laborieusement que les discussions de leurs aînés pour trouver l’équilibre du pays tout entier. Et commencer à jouer équitablement, au même jeu, sur le même territoire.
Cosmographia
Cosmographia (Île de Tatihou), 2015
Vidéo couleur, son
15 min 5 s

Cosmographia initie une série dédiée à l’imaginaire contradictoire de l’île comme lieu de mise à l’écart. Aujourd’hui synonyme d’évasion, de déconnexion du réseau, des autres et des sollicitations, l’île est d’abord un lieu de désolation coupé des hommes. Un petit territoire prison, utilisé comme tel pour mettre à l’écart les indésirables, les « stocker » comme une marchandise plus ou moins dangereuse ou périssable selon les époques. Les îles d’Alcatraz, de Makronissos, de Sainte Hélène, de Tatihou ou encore de Gorée constituent un corpus géographique et symbolique à double sens, entre évasion et enfermement, que David Brognon & Stéphanie Rollin ont décidé de décalquer sur place pour en reprendre toute la mesure à l’échelle 1.

Pendant quatre jours, centimètre par centimètre, les 1,6 kilomètres de circonférence de l’île de Tatihou en Normandie sont reproduits sur papier, mis sous enveloppe et envoyés à Paris chez le commanditaire, pour être rangés, classés, dans un système d’archivage décidé par les artistes. En tout, plus de 2 113 fragments géographiques et pénitentiaires kidnappés avant d’être remis sous scellé dans une implacable étagère en inox.
Décalquer le contour d’une île, c’est imprimer le mouvement des vagues qui battent la plage et la falaise, figer une limite fugace, impossible. Cosmographia est une pièce dont la forme résulte d’un trajet. Trajet des artistes vers ce lieu symbole, trajet de la main qui suit une ligne qui fuit, un cheminement lent à l’heure de l’immédiateté.
Cette première prise d’empreinte de lieux hantés par la mise à l’écart inaugure une performance d’action et de contemplation qui crée du vrai au lieu de chercher la vérité. En s’imposant un pèlerinage plastique sur le tracé de nos symboles honteux, les deux artistes font du mouvement la condition nécessaire de notre rapport au monde. Une série méticuleuse et monumentale qui re-pose le regard du spectateur à un moment où le virtuel nous pousse sans cesse à nous pincer pour prouver notre réalité.
Hangover3
Hangover, 2016
Vidéo couleur, son
4 min 19 s

Hangover scande la liste non exhaustive des interdits en vigueur pour pénétrer les différents lieux saints de Jérusalem : mur des Lamentations, Saint Sépulcre et esplanade des Mosquées. Des règles territoriales à respecter par les pèlerins et les simples visiteurs entre décence souhaitable et sécurité obligatoire : No pushing. No running ; Entrance to the complex necessitates a security check ; Religious/ritual acts that are outwardly visible are forbidden ; According to Torah Law, entering this area is strictly forbidden due to the holiness of the site, etc. Une réglementation surimposée par Brognon & Rollin à la plus récente tentative de record du monde de chute libre depuis l’atmosphère. En anglais, « terre-à-terre » se dit down to earth.

Subbar1
Subbar, Sabra, 2015
Double projection, vidéo couleur, son
6 min 47 s
En collaboration avec D. Almasy

Importé du Mexique au seizième siècle, le figuier de Barbarie est appelé subbar par les Arabes de Palestine. Planté en ligne, il servait à délimiter les parcelles de terrain entre voisins. Ces barrières d’épines infranchissables avaient alors valeur de cadastre. Ce végétal fonctionnel est aussi devenu la métaphore de l’enracinement juif sur la même terre. Baptisé sabra en hébreu, il sert à qualifier avantageusement tous les Juifs nés en Israël. Son fruit, dont la douceur sucrée est protégée par une fine pellicule piquante, incarne pour les Israéliens le caractère doux et fort des premiers colons venus se réinstaller depuis la fin du dix-neuvième siècle. Pourtant, à chaque village arabe rasé subsisteront les racines des figuiers plantés autour des jardins. Au fil des années, les subbar repousseront pour devenir l’empreinte fantomatique de la présence arabe sur le territoire. Les collines bibliques voient ressurgir des barrières de cactus entourant du vide.

Le figuier de Barbarie est depuis un symbole schizophrène, partagé par les deux peuples antagonistes. Un végétal synonyme de réappropriation de la terre au sens propre et figuré. Subbar, Sabra est une performance vidéo tournée au mois d’octobre 2015, alors que débutait une vague d’attaques au couteau sans précédent à Jérusalem et sur l’ensemble du territoire.
CasinoLuxembourgBlackBoxcreditPatty Neu
BlackBox - David Brognon & Stéphanie Rollin 
Jusqu’au 30 avril 2016

Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain

Entrée public

41, rue Notre-Dame, L-2240 Luxembourg

et

7, boulevard F. Roosevelt, L-2450 Luxembourg

www.casino-luxembourg.lu