duendepr.com actualité Showroom Lizybiz par Paul Coudamy

Showroom Lizybiz par Paul Coudamy

LizyBiz-_I6B3708-BD

Paul Coudamy signe le nouveau showroom parisien du fabricant de tissus et vêtements pour les marques et distributeurs de Prêt-à-porter Lizybiz, rue de Choiseul à Paris. Un espace de 450 dont 170 m2 de showroom dans un bâtiment du 19ème siècle aux codes classiques de la capitale que le jeune architecte français adapte aux besoins de l’enseigne qui apporte des solutions créatives et industrielles aux marques de mode. ” J’ai opté pour un travail de disparition des éléments de mobilier, un brouillage des limites des formes  pour une emprise au sol la plus faible possible. Le travail particulier sur le plafond crée de l’intimité tout en le metant en valeur, il abaisse la sensation de hauteur par endroit et brise subtilement le coté intimidant de l’architecture sans la dénaturer. ” résume Paul Coudamy qui réalise une installation monumentale et légère en suspension dans l’espace, à la fois structure fonctionnelle et objet visuel de liaison entre haussmanien et contemporain.

LizyBiz-_I6B3101-BD

Le concept de luminaire Volatiliz se matérialise comme une forêt inversée, un champ d’herbes qui descend du plafond à des hauteurs différentes pour créer une nappe continue qui ondule dans l’espace. “Perceptible et transparente, ces tiges très fines disséminées sur le plafond lisse jouent avec la lumière intégrée, tout en laissant libre la perception de l’espace.” Suspendus sur ces panneaux laqués,  2,6km de tiges de fibre de verre ont été nécessaire pour composer le luminaire du showroom d’une surface totale de 20m².

LizyBiz-_I6B3576-BD

Le design du mobilier est basé sur une structure triangulaire ” C‘est le profil visuel le plus fin tout en restant très stable et solide. Ce dessin permet d’affiner la section en s’approchant du sol. Les meublent volent, posés sur leurs pieds ultra fins tels des pattes d’insectes.”

LizyBiz-_I6B3339-BD

Réduit au strict minimum les portants sur roulette cherchent à disparaître au profit des vêtement et des tissus avec une double configuration de présentation, face et profil. Les tables, dessinées en trois parties, permettent de nombreuses configurations spatiales: droit, en courbe, éclaté en trois, en L pour s’adapter aux gré des présentations et des sessions de travail. L’épaisseur du plateau disparaît grâce à une tranche biseautée. Cette impression de légèreté et de flottement est renforcée par des pieds qui s’affinent en arrivant au sol. Cette troublante finesse contraste avec la solidité du plateau blanc massif.

LizyBiz-_I6B3610-BD

Un soin particulier à été apporté au dessin des blocs tiroir. “Il était important que les meubles de rangement soient traités avec subtilité pour ne pas venir perturber l’équilibre de l’espace. Les tiroirs sont traités comme des strates, un paysage de cubes qui évolue sur différentes hauteurs. La lisibilité des tiroirs est renforcé par sa prolongation avec un gravure fine sur la face externe, la totalité des volumes est striée par des couches qui se confondent avec les tiroirs et dialogue avec les moulures. Le jeux des hauteurs offrent des surfaces supplémentaires pour s’asseoir, poser et consulter les livres ou étaler des tissus à coté d’une table à proximité. Une plinthe en inox miroir permet d’apporter un troublante légèreté en décollant visuellement du parquet les masses de bois laqué blanc mat.

LizyBiz-_I6B3397-BD

La cloison de séparation de l’espace principal est dessinée comme une masse anguleuse aux formes légèrement inclinées. Une fois dans l’accueil le visiteur aperçoit ce volume mystérieux, une roche géométrique présente les fils de couleur. La structure se retourne pour s’ouvrir complètement et offrir des rangements de l’autre coté.

Enfin, les archives de la société sont au coeur de l’espace de travail. Les échantillons deviennent matière architecturale qui souligne la légèreté du plafond.

LizyBiz-_I6B4059-BD

Crédit photos Benjamin Boccas

Depuis 2008, Paul Coudamy invente une architecture à la plastique toujours démesurée quelque soit les contraintes. Un talent pour optimiser les matériaux (pauvres ou riches : cartons, aggloméré, métal, porcelaine…) allié à une exigence du sur-mesure qui amène l’agence à imaginer chaque jour de nouveaux process de conception numérique et de fabrication manuelle le plus souvent dans son propre atelier. Une approche architecte-artisan rare rendu nécessaire par le marché résidentiel et commercial toujours plus exigent dans ses demandes économiques et esthétiques. Paul Coudamy applique ainsi le même regard sur sa « Fantastic canopée » réalisée pour la hyppissime boutique Comme des Garçons à Tokyo (une invasion végétale faite d’une accumulation de planches de parquet) en 2012 ou sur le studio parisien Red Nest de 23m2 au mobilier mobile entièrement dessiné par l’agence : à chaque projet, il  répond par un geste aussi extraverti que financièrement réaliste. Le design des lieux qu’il investit est donc une conséquence naturelle de cette approche où le dessin est la conséquence de techniques de fabrication qu’il maîtrise de A à Z.  Bibliothèque, luminaires, tables, chaises, rangements, Paul Coudamy adapte chaque typologie à son environnement architectural et économique : du mobilier de travail en carton pour une jeune agence de publicité (Cardboard Office 2008), un lustre démesuré pour réinventer le ciel d’une maison particulière (Nuctale 2013) ou un mur de bibliothèque tout en ondulation pour un appartement haussmannien en 2010. Une recherche emblématique d’une époque qui réinvente son esthétique à l’aune du réalisme et qui part du numérique pour mieux se réapproprier la matière physique.

 coudamyarchitectures.com