duendepr.com actualité Nicolas Mouret, Ex Lauréat du Concours d’Architecture Eiffel

Nicolas Mouret, Ex Lauréat du Concours d’Architecture Eiffel

phyte-de-jour

C’est une histoire de concours comme on les adore. “Phyte”, une tour mobile de 380 mètres a bien gagné le dernier Concours d’Architecture Eiffel avant de disparaître du palmarès. Motif : Nicolas Mouret, son concepteur, n’est pas étudiant en architecture, mais en design. Un retournement de l’histoire cocasse que Gustave Eiffel, l’ingénieur le plus célèbre du monde pour son architecture, aurait certainement adoré, mais sans pouvoir changer les règles du concours qui porte son nom. Et que Nicolas Mouret a bien “contournées en toute connaissance de cause“. Pas de scandale, ni d’amertume donc. Juste le plaisir d’avoir gagné, pendant quelques minutes, pour ce jeune designer à suivre, passionné par l’architecture, le design et la photographie (1).

phyte-ciel

Une touche de naturalité dans la ville “Dans un mouvement plein d’inertie, elle se balance au gré des vents. C’est ce ploiement qui, dans une ville figée de bâtiments statiques, apporte une vie, naturellement évoqué par la houle, le frétillement des arbres ou la danse des herbes sur une prairie. Au bout du Champs  de Mars, Phyte sort du sol sans laisser voir son enracinement. Placée dans une fosse laissée en friche, espace sacré et impénétrable, cerclé d’ une pelouse qui s’enfonce vers le centre. On s’y allonge en regardant le contraste entre la paisible tour Eiffel et les balbutiements de Phyte.”

au-pied-de-la-tour

Projet entièrement réalisable, ses huit piliers monoblocs et structurés de 50 mètres de hauteur chacun sont articulés par des cardans. Il s’agit d’un jeu d’empilements creux en béton fibré et allégé qui sont ensuite remplis de Béton Fibré Ultra Performant. L’articulation est due au travail des détendeurs situés dans les triangulations externes qui agissent comme des dynamomètres.

allongement-des-cablesprocess-de-construction

L’ énergie mécanique de la tour peut être convertie en énergie électrique pour sa propre consommation en éclairage. Elle devient alors épiphyte et s’allume au rythme de ses mouvements donnant un spectacle du même champs lexical que celui qualifiant certains planctons, lucioles ou poissons.

phyte-de-nuit

(1) Voir la vidéo de remise des prix du 31 Mars 2009 où Nicolas Mouret fais son « coming-out» devant une assemblée de 600 à 900 personnes.

http://www.dailymotion.com/relevance/search/concours+architecture/video/x8vk4k_remise-du-prix-eiffel-coup-de-theat_creation

Consulter le site du concours www.fondationsocietetoureiffel.org/Edito.html

***

Nicolas Mouret, designer est né en 1985 à Suresnes. Durant plusieurs années, il a occupé une bonne partie de son temps libre à l’aéroport de Fort de France aussi bien en l’air que sur le tarmac à l’entretien des avions. Il a fini par obtenir son théorique PPL et les techniques de fabrication aéronautique sont des éléments qui lui collent à la peau encore aujourd’hui. Il a ensuite découvert et étudié le design dont “l’une des plus grandes étapes de ma formation a été les quelques mois passés auprès de Mathieu Lehanneur.” Depuis 2006, il développe une technique de photographie qui permet de maîtriser la disparition puis la réapparition du sujet photographié sur support argentique. Un tirage qu’il considère comme “le résultat d’une analyse psychique.”
Fasciné par la physique, il tente de repenser les procédés de fabrication et systèmes qui nous environnent avec le sentiment que la fonction donne naturellement naissance à la forme. Il développe actuellement plusieurs projets dont un mécanisme d’horlogerie pour montres à partir de ses recherches astronomiques, ainsi qu’un procédé fabrication de coques souples et amorties, sans avoir recours à des moules, destiné dans un premier temps à des assises.

www.nicolasmouret.com

Contact presse
Elsa Sarfati +336 108 427 48
e.sarfati@duendestudio.fr
Anthony van den Bossche + 336 19 06 17 62
avdb@duendestudio.fr

Duende Studio
8 cité Véron
75018 Paris