duendepr.com actualité Actualité Electronic Shadow

Actualité Electronic Shadow

archipel-webAvant leur nouvelle installation pour l’exposition “French Touch” durant la Designer’s week à Tokyo en octobre, la rentrée du tandem d’architecte et réalisateur français Electronic Shadow est à l’image de leur projet éditorial : hybride et pluridisplinaire. Naziha Mestaoui, architecte et Yacine Ait Kaci, réalisateur multimédia. Les compétences de ses fondateurs résument tout entier le projet d’Electronic Shadow : la fusion de l’espace construit et de l’image numérique dans un contexte où « La taille de l’habitat ne cesse de diminuer tandis que la surface des écrans ne cesse de croître (home cinéma) ». Avec Electronic Shadow l’architecture devient une réalité augmentable à l’infini, un support de projection interactif, dont l’interface, le centre, reste pourtant toujours l’habitant ou le visiteur, entité organique de chair, de sang et d’imagination.

EX-ILES
Youniverse | Biennale d’Art Contemporain de Séville 2008
Du 2 octobre 2008 au 11 Janvier 2009

A l’invitation de Marie-Ange Brayer, curatrice de la section Architecure,
Electronic Shadow présente Ex-îles, à la Charteuse, l’endroit même où Christophe Colomb prépara son voyage.
Curateur général: Peter Weibel, ZK

Ex-îles est une installation interactive composée d’un bassin de cinq mètres sur deux de vingt centimètres de haut rempli d’eau lumineuse et d’une extension numérique sur internet. De chaque côté du bassin se trouvent deux îles, l’une cercle de lumière sur le sol est ” réelle “, l’autre dans l’eau virtuelle. Lorsqu’un visiteur entre dans la lumière de l’île réelle, il produit une ombre naturelle qui est ” projetée ” dans le bassin sous la forme d’une silhouette lumineuse qui parcourt la distance du bassin en nageant, laissant derrière elle une ligne qui se dessine d’une île à une autre. La ligne dessinée par la présence d’un visiteur correspond à la trajectoire empruntée par l’ombre lumineuse dans l’eau. Les visiteurs peuvent également interagir à distance à partir d’internet et créer avec les visiteurs réels une forme qui se matérialise entre réel et virtuel dans l’exposition et sur le site.
http://www.electronicshadow.com/exiles

FUTURINÔ>>
Rinôçérôse / Electronic Shadow
Chorégraphie : Rita Cioffi
Spectacle en avant-première à Montpellier
27 septembre 2008 avant la tournée en 2009

Après une première date espagnole à Valencia et une à venir à Buenos Aires, futurinô>> était présenté samedi soir à Montpellier devant 10 000 spectateurs dans une première version avant la tournée 2009. Un voyage autant qu’un concert, trois actes, une ville imaginaire et des tableaux en temps réel entièrement interactifs qui s’enchainent au rythme de la musique, futurinô>> est une plongée dans le spectacle de demain entre art et musiques actuelles.
http://www.electronicshadow.com/futurino

DOUBLE VISION
Carolyn Carlson et Electronic Shadow, spectacle chorégraphique visuel
Biennale de la danse de Lyon
Jusqu’au 30 septembre 2008

Née d’une rencontre entre la chorégraphe étoile Carolyn Carlson et les deux créateurs d’Electronic Shadow, cette performance d’un nouveau type se lit comme un poème visuel et sonore sur la relativité de nos perceptions. La scène prend vie par la gestuelle unique de Carolyn Carlson, l’espace devient l’écho du corps, les costumes gigantesques la peau d’une image en mouvement perpétuel. Le spectacle sera programmé l’année prochaine au Brésil dans le cadre de l’année de la France.

Conception / scénario
Carolyn Carlson et Electronic Shadow
Chorégraphie et interprétation
Carolyn Carlson
Scénographie et image
Electronic Shadow
Musique
Nicolas de Zorzi
Co-production
CCN de Roubaix / iDEALiD / La Condition publique

BISSEXTILES
Installation interactive d’eau et d’image
Vente aux enchères chez Sotheby’s Hong Kong
5 octobre 2008, 7:00 PM

Après un an d’expositions à travers toute la Chine, Bissextiles termine son périple lors d’une vente aux enchères où seront proposées la plupart des oeuvres exposées au profit de l’association Right to play. Crée à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin, Bissextiles est une installation interactive symbolisant le lien invisible entre les hommes dans une géographie imaginaire où l’eau a valeur de mémoire universelle et de vibration primale.
http://www.electronicshadow.com/bissextiles

Electronic shadow. Naziha Mestaoui, architecte et Yacine Ait Kaci, réalisateur multimédia. Les compétences de ses fondateurs résument tout entier le projet d’Electronic Shadow : la fusion de l’espace construit et de l’image numérique dans un contexte où « La taille de l’habitat ne cesse de diminuer tandis que la surface des écrans ne cesse de croître (home cinéma) ». Avec Electronic Shadow l’architecture devient une réalité augmentable à l’infini, un support de projection interactif, dont l’interface, le centre, reste pourtant toujours l’habitant ou le visiteur, entité organique de chair, de sang et d’imagination. Car s’il est tentant de faire appel au vocabulaire prospectif immédiatement intimidant (cyborgs, hybridation du virtuel et du réel, avatars numériques,…), les installations d’Electronic Shadow utilisent avant tout des thèmes archaïques et universels : l’eau (« Ex-îles »), le feu (« Focus »), la mémoire , et sont inscrites dans la tradition de l’image peinte ou transfigurée par la lumière à même l’habitat. C’est peut-être finalement du côté de la magie, et donc de la technologie cachée qu’il faut regarder pour comprendre l’approche transdisciplinaire du tandem : art, architecture, design et spectacle vivant. Autant de domaines où l’enjeu reste le même : magnifier le réel en cachant la technique, le « truc », qui émerveillera le spectateur-utilisateur.
En axant sa production sur deux piliers fondamentaux, la création artistique d’un côté et la mise en pratique au quotidien de ses recherches dans les contextes plus traditionnels de la commande, architecture, design, scénographie, Electronic Shadow a multiplié expositions artistiques à travers le monde (MOMA à New York, le Centre Georges Pompidou et l’Espace Electra à Paris, le Metropolitan Museum of Photography de Tokyo, le MOCA de Shanghai…) et propositions innovantes.
C’est dans cet esprit que sera mis en lumière le Frac Centre en 2010, en collaboration avec les architectes Jakob & Macfarlane au terme d’une compétition qui s’est fait fort de mettre en avant la lumière et l’image comme éléments clé de l’art et de l’architecture contemporaine.

http://www.electronicshadow.com